Img

Accès aux vidéos mensuels du pape François

Depuis janvier 2016, le Réseau mondial de prière du pape diffuse un message vidéo par mois...

Img

Formation à distance et gratuite sur la Bible disponible dès maintenant

Produits par l’Office de catéchèse du Québec, InterBible et la Société Catholique de la Bible. Le but est d’offrir aux participants les bases nécessaires pour lire et comprendre la Bible par eux-mêmes.

Sacrements de la vie chrétienne

 

Des signes de l'amitié de Dieu

Comment peut-on entrer en relation avec d'autres personnes?

Par des gestes, des signes et des paroles.

Comment peut-on entrer en relation avec Dieu?

La réponse est la même : par des gestes, des signes et des paroles.

*******************************

Les sacrements sont des signes visibles et efficaces de la grâce de Dieu.

Ils expriment qu'une réalité divine, inacessible et invisible est rendue présente et se manifeste dans des signes visibles et concrets.

 

Les sacrements marquent la vie chrétienne

Les sacrements marquent les moments les plus décisifs de notre vie humaine. Au nombre de sept, ils manifestent que toute notre vie est appelée à être vécue avec le Christ :

  • Les sacrements de l'initiation chrétienne
    Baptême, Eucharistie et Confirmation 
    Ils nous permettent de grandir dans la foi et nous font entrer dans le mystère du Christ mort et ressuscité.

Accéder à ces sacrements

  • Les sacrements de guérison
    Réconciliation et Onction des malades 
    Ils nous ouvrent un chemin d'espérance et nous aident à devenir plus forts dans notre vie de foi.

Accéder à ces sacrements

  • Les sacrements de l'engagement
    L'Ordre et le Mariage 
    Ils orientent notre manière de vivre notre baptême.

Accéder à ces sacrements

              

 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Le sacrement du baptême  
 
 
 
C’est Jésus qui a demandé à ses apôtres de baptiser :
« Allez de toutes les nations faites des disciples,
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit »
(Évangile selon saint Jean 3, 5)
 
Le mot baptême vient d’un verbe grec qui signifie « plonger, immerger ».
 
Être baptisé, c’est être plongé dans la mort et la résurrection du Christ. Le baptême est un rite de passage : avec le Christ nous passons de la mort à la vie. Nous devenons ainsi les enfants d’un même Père. Le baptême nous fait naître à la vie chrétienne. Le baptisé est marqué du signe de la croix, plongé dans l’eau pour renaître à une vie nouvelle et reçoit une onction avec le Saint Chrême qui lui donne son nom de chrétien et lui rappelle sa mission.
 
Les personnes de tous âges peuvent être baptisés. Le cheminement proposé pour s’y préparer et adhérer à la foi chrétienne s'adapte à l'âge et à la maturité de la personne. Lorsqu'il s'agit d'un bébé, les parents et le parrain et la marraine sont vivement alors interpellés à transmettre cette foi en Jésus à laquelle ils adhèrent à leur enfant. Si c'est un jeune enfant, un adolescent ou une personne adulte, une démarche qu'on appelle «catéchuménale» fait référence aux personnes qui font un cheminement spécial pour être admis dans la communauté chrétienne.
 
 

Pour être baptisé adulte, comment ça se passe?

Les catéchumènes (nom des adultes qui demandent le baptême) suivent un
cheminement de quelques mois pour progresser dans la connaissance de la
personne de Jésus Christ, découvrir sa vie et ses enseignements dans la Parole
de Dieu, spécialement dans les évangiles et les écrits du Nouveau Testament,
et s’initier ainsi à vivre comme disciple du Christ dans sa vie concrète.
Le parcours initiatique du catéchumène est jalonné de 3 grandes
étapes à être célébrées dans la communauté chrétienne :

1- l’entrée ou l’accueil en Église;
2- l’appel décisif du futur baptisé;
3- la célébration du sacrement du baptême.

Pour toute demande relative à célébrer le baptême, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.

 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Le sacrement de la confirmation  
 
 

Par le sacrement de confirmation, le baptisé est invité à confirmer la foi de son baptême.
Comme il est un sacrement de maturité dans la foi, il peut être célébré à partir de l’âge de 14 ans, âge où nous croyons chaque personne capable de faire elle-même le choix de suivre le Christ.

 
C’est avec une huile parfumée, le Saint Chrême, que l’évêque marque le front de chaque confirmand. Comme cette huile répand une bonne odeur,
chacun est appelé, par l’élan et la joie de sa vie, à répandre la bonne odeur du Christ et à être un témoin vivant du Christ dans le monde.
 
La préparation à la Confirmation visera à conduire le futur confirmand vers une union plus intime au Christ, vers une familiarité plus vive avec l’Esprit Saint, son action, ses dons et ses appels, afin de pouvoir mieux assumer les responsabilités chrétiennes. Comme le sacrement de confirmation achève le baptême et rend le baptisé pleinement initié à la foi chrétienne, celui-ci sera dès lors considéré comme capable de guider d’autre personne sur les chemins de la foi en devenant parrain ou marraine de baptême; ou encore capable de faire des choix décisifs et d’orienter pour toujours sa vie de baptisé par le mariage, la vie religieuse ou le sacrement de l’ordre.
 
  Pour toute demande relative à célébrer le sacrement de confirmation,
  veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.
 
 
 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Le sacrement du pardon ou de la réconciliation  
 
 
 
Le sacrement de la réconciliation est le signe de l´amour infini de Dieu.
Le pardon de Dieu est toujours possible en faisant une démarche vraie et sincère.
 
Confession ? Réconciliation ? Pénitence ?

La Confession était autrefois le nom qu’on donnait à l´ensemble du sacrement de pénitence et de la réconciliation. En fait, la confession n´est qu´une partie du sacrement.  Elle est cette reconnaissance de la rupture d’alliance que notre attitude a occasionnée.

La Réconciliation est l’acte gratuit par lequel Dieu nous pardonne et nous réintroduit dans sa paix, grâce au Christ mort et ressuscité, en qui tous les péchés sont pardonnés. Depuis quelques années, on parle plus  de « sacrement de la réconciliation » à propos de la confession.
 
La Pénitence : « Faire pénitence », c’est implorer le pardon de Dieu. Pour l’essentiel, la pénitence vise à la réparation de la faute commise. Elle est le signe de la « conversion » à laquelle le Christ nous a tous appelés : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » (Marc 1, 15).
 
Qu’est-ce que le péché ?

Le péché est un manque d´amour envers Dieu, envers son prochain et envers soi-même. 

C´est une action, ou une intention, voire une parole dite, en toute liberté, pour commettre le mal. Il entraîne, pour celui qui l´a commis, un éloignement de la justice et de la vérité. Il entraîne une rupture de l’Alliance que Dieu a faite avec chacun d’entre nous au jour de notre baptême.

Pour vous préparer à célébrer le sacrement de la réconciliation pour la première fois, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.
 
Si vous souhaitez vivre le sacrement de la réconciliation, contactez un des prêtres de votre paroisse qui se feront un plaisir de vous accueillir.
 
 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
   Le sacrement de l'onction des malades  
 
 
Le Sacrement de l’onction des malades est le sacrement de la compassion et du réconfort de Dieu.
 
Appelé autrefois l´extrême-onction ou sacrement des mourants, l’onction des malades est, depuis Vatican II, comprise comme étant un sacrement de vie. C´est le sacrement de la présence de Dieu à nos côtés dans les moments difficiles de la maladie ou de la vieillesse.
 
La célébration de ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur et fortifie le corps.
 
L’apôtre saint Jacques parle lui-même de l’onction des malades dans sa lettre :
« Si l’un de vous est malade, qu’il fasse appeler les anciens de la communauté qui prieront pour lui en pratiquant une onction d’huile au nom du Seigneur. Leurs prières, inspirées par la foi, sauveront le malade, le Seigneur le relèvera, et s’il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés. »
Lettre de Saint Jacques 5, 14-15)
 
Signe de la tendresse de Dieu pour les malades, ce sacrement pacifie et réconcilie le malade avec lui-même, avec les autres et avec Dieu. L’onction peut être administrée lors d’une célébration dans la paroisse, à l’hôpital ou à domicile. On peut recevoir le sacrement des malades avant une opération grave ou par cause d'une maladie dégénérative. Il est très souvent offert aux personnes qui connaissent le vieillissement et la perte des capacités physiques et psychologiques. Il peut être pacifiant dans le cas d'une sensation de vide spirituel que tout chrétien peut vivre au cours de sa vie et qu'on appelle la «nuit
  spirituelle» (sensation de ne plus ressentir la présence de Dieu ou de ne plus croire).
 
Face à une mort toute proche, l’eucharistie est donnée en viatique, l’ultime communion que reçoit le malade au moment de mourir.
 
Si vous souhaitez célébrer le sacrement de l’onction des malades, contactez un des prêtres de votre paroisse, il se fera un plaisir de se déplacer pour vivre ce moment avec vous.
 
 
 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Le sacrement du mariage  
 
 

 

Nous voulons nous marier à l'église...

Vous avez un projet de mariage? Félicitations!
L’Église vit avec vous la joie qui vous anime.

Vous souhaitez que Dieu consacre votre amour?
L'Église se fera un plaisir de vous accompagner dans ce nouveau projet de vie.

 

Le mariage est une réalité très ancienne qui existait bien avant la venue de Jésus et la naissance de l’Église.

Ce que nous pouvons dire, par contre, c’est que cette coutume a été perpétuée par les premiers chrétiens qui l’ont bonifiée en y voyant le reflet imagé de l’amour que Jésus avait pour l’Église.

 

Un point important qu’il faut retenir, c’est qu’aux yeux de l’Église, le mariage est un sacrement, c'est-à-dire que le mariage rend présent et tangible, à travers les époux, l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous.

 

Lors de la célébration du mariage, l’homme et la femme prennent Dieu à témoin en se donnant librement l’un à l’autre. On dit qu’ils sont les ministres du sacrement de mariage puisqu’ils se confèrent mutuellement ce sacrement. Le prêtre est là pour bénir les époux et être témoin, au nom de l’Église, des promesses qu’ils se font. Il vérifie aussi que les promesses faites lors du mariage sont sincères et libres. 

 
 

Un engagement définitif ouvert à une grande mission  

Le mariage implique un engagement définitif, fait en toute liberté, que rien ne pourra briser, sauf la mort de l’un des deux époux.

Les époux doivent être ouverts à fonder une famille et à éduquer leurs enfants dans la foi.

Puisque le mariage repose sur l’amour, que Dieu est amour et qu’il a créé le monde par amour, il a voulu que les enfants naissent dans l’amour que l’homme et la femme se vouent l’un à l’autre pour la vie entière. Par le mariage, l’homme et la femme deviennent ainsi les collaborateurs de Dieu dans la création.

 
 

Voici quelques jalons pour vous aider à planifier votre mariage à l’église  

  1. Prenez contact avec votre paroisse 10 à 12 mois avant la date envisagée pour votre mariage.    

Ainsi, vous pourrez rencontrer le prêtre ou la personne responsable et commencer à concrétiser votre projet. Assurez-vous au moins que l'un de vous deux est baptisé selon le rite catholique et qu'aucun de vous n'ai déjà contracté un mariage religieux.

Lors de cette première rencontre :

On vous informera sur les différentes sessions de préparation au sacrement du mariage qui vous est demandé de vivre.

Vous pourrez choisir la forme qui vous convient le mieux.

Vous aurez besoin de vos certificats de baptême récents de 6 mois, avec annotation du sacrement de confirmation. Vous pouvez les faire parvenir de la paroisse où vous avez été baptisés. Ayez également vos certificats de naissance de l’État civile, c’est toujours pratique !

Prévoyez au moins trois dates possibles pour votre mariage. Il pourrait arriver que le président de votre mariage ou l’église ne soient pas disponible à la date de votre premier choix...

Si la célébration a lieu dans une paroisse autre que celle où vous résidez, vous devez demander l’autorisation écrite du curé de votre paroisse. Il s’agit simplement d’en faire la demande au bureau paroissial.

  1. Peu avant le mariage, vous serez invité à une rencontre spéciale pour l’enquête prénuptiale.
  1. Finalement, vous rencontrerez le prêtre ou le diacre pour préparer la célébration de votre mariage.
 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Le sacrement de l'ordination  
 
 
 
Tout baptisé est avec Jésus, prêtre, prophète et roi.
 
Toutefois, au sein de l´Église, le service de la communauté est assuré plus particulièrement
par les évêques, les prêtres et les diacres, que l´on appelle « ministres ordonnés ».
Leur mission dans l´Église leur est confiée, au nom de Jésus Christ,
par le sacrement de l'Ordre, généralement appelé « ordination ».
 
Les évêques

Le mot « évêque » vient du grec episcopos, qui désigne la mission de veiller sur la communauté, de la protéger, pour que celle-ci se comporte le plus justement possible en véritable peuple de Dieu.

Les évêques sont les responsables de l´annonce de la foi et de l’Évangile dans leur diocèse. Ils sont aussi responsables de l´administration des sacrements, avec toutes les questions pastorales que cela soulève aujourd’hui. Enfin, les évêques exercent une responsabilité de gouvernement, que l´on appelle aussi « charge pastorale ». Ils assument cette charge au nom du Christ envers  la portion du peuple de Dieu (diocèse) qui leur est confiée.
 
Les prêtres

Les prêtres sont ordonnés par l´évêque de leur diocèse.

Le prêtre est défini comme coopérateur et collaborateur de l´évêque. Ses missions   peuvent s´exercer dans des cadres très divers, mais, quelque soit la charge que le prêtre a reçu, sa présence consiste toujours à guider les baptisés vers le Christ.

Les diacres

Par leur ordination, les diacres sont signes vivants que l’Église est au service du peuple de Dieu. Ils sont appelés à manifester concrètement la charité du Christ pour tout être humain, en particulier les plus pauvres et les plus marginaux de la société. Les diacres sont, au sein de l’Eglise et pour le monde, le signe du Christ serviteur.

 Il y a dans l’Église deux formes de diaconat. Le diaconat transitoire et le diaconat permanent. Le diaconat transitoire est conféré aux hommes qui se dirigent vers l’ordination presbytérale. Il est alors un ministère transitoire. Le diaconat permanent est conféré aux hommes mariés ou non qui désirent consacrer leur vie de façon permanente au service de l’Église.
 
N'oublions pas que dans l'Église, il existe aussi l'état de vie consacrée, qui, même s'il n'est pas un sacrement comme tel, est un engagement par voeu à servir le Christ et l'Église, comme religieux ou religieuse,
en faisant partie d'une société de vie apostolique et même en tant que personne laïque rattachée par exemple à un institut séculier.
 
 
 
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
  Appel vocationnel  
 
X

Toute personne qui se sent interpelée intérieurement par un appel à vivre avec le Christ, à s'engager à sa suite d'une manière particulière comme prêtre, diacre permanent, religieux, religieuse ou laïque rattaché à un institut: nous vous invitons à contacter soit un prêtre ou un diacre que vous connaissez déjà, un religieux ou une religieuse ou toute personne significative.

Si vous ressentez que le Seigneur vous appelle à faire un discernement en vue du diaconat ou du presbytérat, vous pouvez aussi contacter l'évêque de notre diocèse:

Mgr Paul Lortie
819 623-5530, poste 230

435, rue de la Madone Mont-Laurier QC  J9L 1S1

X
     
 

Diocèse Mont Laurier
(819) 623-5530
435 rue de la Madone
J9L 1S1 Mont-Laurier (Québec)

Diocese