Img

Visite du grand reliquaire de saint frère André

Dans le diocèse de Mont-Laurier, du 5 septembre au 6 octobre 2019.

Img

Accès aux vidéos mensuels du pape François

Le Réseau mondial de prière du pape François diffuse un message vidéo par mois... Pour août 2019: «Les familles, laboratoires d'humanisation»

Img

Pastorale 2018-2019 ... des lectures et des ressources documentaires...

Nous vous invitons à consulter et à partager les nombreuses ressources documentaires, internes et externes, qui nous l’espérons nourriront et faciliteront les efforts afin de mieux réaliser notre mission d’évangélisation.

Notre administrateur apostolique

 

Monseigneur Paul-André Durocher

Administrateur apostolique du diocèse de Mont-Laurier et archevêque de Gatineau 

 

Son Excellence Monseigneur Paul-André Durocher est né le 28 mai 1954 à Windsor, Ontario, l’aîné des sept enfants de Maurice Durocher et de Lucille Duplantie de Hawkesbury, Ontario.
 
Sa famille déménagea à Timmins, Ontario où il termina ses études primaires et secondaires. Il obtint son diplôme d’études secondaires en 1972.
 
Il fréquenta ensuite l’université Western Ontario où il étudia la musique, spécialisant en interprétation vocale. Il obtint le Baccalauréat en arts musicaux en 1977 et fut nommé au palmarès du doyen. On lui décerna la bourse commémorative Alfred Rosé pour l’interprétation vocale. Par la suite, il participa à diverses productions d’opéra et d’oratorio dans sa province natale.
 
À partir de 1977, il se mit à l’étude de la théologie à l’Université Saint-Paul d’Ottawa où il obtint son Baccalauréat en théologie (1981). Il termina en même temps ses études pour le Baccalauréat en éducation de l’Université d’Ottawa (1980). Pendant toutes ces années, il se prépara à son ordination sacerdotale, célébrée le 2 juillet 1982 à Timmins, diocèse dans lequel il fut incardiné.
 
Pendant quatre ans, il enseigna la musique et l’éducation aux valeurs à l’École secondaire Thériault de Timmins, un lycée public de langue française, tout en assurant l’animation pastorale de l’école. Simultanément, il fut vicaire à la paroisse cathédrale Saint Antoine et coordonnateur de la pastorale jeunesse et de la formation liturgique au diocèse de Timmins.
 
Le Conseil canadien de recherche dans les arts et les sciences humaines lui décerna une bourse pour rédiger un mémoire de maîtrise intitulé «?Signe et symbole : l’efficacité sacramentelle dans le champ de la symbolique?», un ouvrage qui comparait divers efforts théologiques visant à réconcilier la compréhension traditionnelle du fonctionnement des sacrements avec les récents progrès de la philosophie du langage. Il compléta la Maîtrise ès arts (théologie) en 1985.
 
La même année, il fut nommé curé de la paroisse Sainte Croix, la paroisse bilingue de Haileybury, Ontario, où il exerça cette fonction jusqu’en 1990. Il continua d’assumer des responsabilités diocésaines, en coordonnant divers projets d’éducation religieuse, de formation liturgique et de pastorale auprès des jeunes. Il participa aux travaux de l’Office provincial de l’éducation de la foi catholique de l’Ontario (OPECO), l’office catéchétique de lange française des évêques de l’Ontario. En particulier, il participa à l’élaboration des programmes-cadres ainsi que des ressources pédagogiques d’enseignement religieux en 7e et 8e années. Il parcourut la province pour animer des journées de perfectionnement professionnel pour les enseignants du système scolaire catholique, en français et en anglais.
 
En 1990, il fut affecté à l’équipe diocésaine de Timmins et nommé vicaire épiscopal pour les activités pastorales, de même que coordonnateur des services de chancellerie, tout en assurant l’administration de diverses paroisses. Il s’inscrivit au programme de correspondance en droit canonique à l’Université de Strasbourg, en France, où il obtint la Licence civile en droit canonique (1992).
 
En 1995-1996, il fréquenta l’Université pontificale grégorienne de Rome où il obtint la Licence en théologie (dogmatique), summa cum laude. Il donna plusieurs cours en sciences religieuses et en théologie pour l’université St-Paul d’Ottawa et pour l’université Laurentienne de Sudbury.
 
En janvier 1997, il fut nommé évêque titulaire d’Ausuaga et évêque auxiliaire du diocèse de Sault-Ste-Marie. Ordonné à épiscopat le 14 mars 1997, il coordonna les services pastoraux du secteur francophone du diocèse ainsi que des paroisses autochtones de la région de Manitoulin-North Shore.
 
Le 27 avril 2002, il fut nommé évêque du diocèse Alexandria-Cornwall où il inaugura le ministère pastoral le 17 juin 2002.
 
Membre actif de l’Assemblée des évêques catholiques de l’Ontario, il assura le poste de président de la Commission d’éducation pendant plusieurs années, comme celui d’évêque de liaison pour l’OPECO.
 
Le 12 octobre 2011, Mgr Durocher fut nommé archevêque de Gatineau et installé à ce titre le 30 novembre de la même année.
 
Mgr Durocher a été président de la Conférence canadienne des évêques catholiques de 2013 à 2015. Il avait auparavant siégé au bureau de direction de la CÉCC pendant six ans. Il avait également été membre de la Commission doctrinale et de la Commission pour la liturgie et les sacrements (secteur français). Mgr Durocher avait été un délégué des évêques canadiens au synode des évêques sur l’Eucharistie, tenu à Rome en octobre 2005. À titre de président de la conférence, il assista au synode extraordinaire sur la famille en 2013. Il fut ensuite élu délégué national au Synode ordinaire de la famille en 2014.
 
Toujours pour la CÉÉC, Mgr Durocher assure présentement le rôle d’évêque répondant auprès de la Société catholique de la Bible (SOCABI); il participe au dialogue judéo-catholique?; il préside aussi le Conseil national de musique liturgique.
 
En tant que membre de l’Assemblée des Évêques catholiques du Québec (AÉCQ), il siège au comité exécutif ainsi qu’au conseil Communautés et ministères. Il a contribué à la création du Comité consultatif pour le ministère et la vie des prêtres. Il accompagne présentement le Regroupement des répondants diocésains pour la prévention des abus sexuels.
 
En 2014, le pape François le nomma au Conseil pontifical pour la culture. À ce titre, il participe à l’assemblée plénière à Rome aux deux ans.
 
Mgr Durocher est souvent invité à prêcher des retraites et à animer des ateliers en divers domaines de la pastorale. En 2017, il publia chez Novalis un recueil en trois volumes de petits commentaires sur les 150 psaumes intitulé Les psaumes, prières vivantes. En 2019, il a lancé un essai intitulé Appelé par mon nom, envoyé en son nom. Causeries sur une Église en sortie.
 
Il continue aussi son engagement dans le monde musical. Il fut membre du comité directeur de l’hymnaire D’une même voix. Sa Missa Lumen Christi fut choisie pour la messe de clôture des Journées mondiales de la jeunesse à Toronto en 2002, présidée par le pape Jean-Paul II. Récemment, il a composé une messe inspirée par les traditions folkloriques et populaires de son archidiocèse, la Messe gatinoise.
 
Mgr Paul-André Durocher est archevêque de Gatineau et depuis le 10 juillet 2019 est l'administrateur apostolique du diocèse de Mont-Laurier.
 
 
 

Les armoiries de Monseigneur Durocher

Les armoiries de Monseigneur Durocher comportent une épée posée sur la croix en X. Ces deux éléments représentent les deux saints dont il porte le nom. L’épée représente le martyre de saint Paul, que les autorités romaines ont décapité avec une épée à cause de sa foi en Jésus-Christ. Quant à la croix en forme de X, elle rappelle saint André qui a été crucifié sur une croix similaire.

L’épée a aussi un autre sens, tiré du Nouveau Testament. Dans la lettre aux Hébreux, on lit que « la Parole de Dieu est comme une épée à deux tranchants », car elle tranche jusqu’au plus profond de nos coeurs. L’épée du blason de Monseigneur Durocher représente donc aussi la Parole de Dieu, en particulier l’Évangile, qui l’a pénétré au plus intime et qui a bouleversé sa vie.

Quant à la croix de saint André, elle rappelle la croix de Jésus, symbole du mystère pascal par lequel le Christ nous sauve dans sa mort et sa résurrection.

Sa devise, « Canta et Ambula », est une expression latine qui se traduit par « Chante et marche ». Elle provient d’un sermon prêché par saint Augustin (354-430) un dimanche de Pâques alors qu'il concluait : « Chantons alléluia dès maintenant, non pour agrémenter notre repos, mais pour soutenir nos labeurs, comme on chante sur la route: " Chante et marche ".»

 

Source : site internet de l'archevêché de Gatineau 

 

 

 

 

Diocèse Mont Laurier
(819) 623-5530
435 rue de la Madone
J9L 1S1 Mont-Laurier (Québec)

Diocese