Img

La réouverture sécuritaire des lieux de culte au Québec est débutée

Les églises diocésaines tiendront des célébrations religieuses en rassemblement ... le retour des activités se déroulera progressivement

Voeux de Noël du président de la Conférence des évêques catholiques du Canada 09-12-2019

MESSAGE DE NOËL 2019
Mgr Richard Gagnon
Archevêque de Winnipeg
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

 

 

Chers amis,

On parle beaucoup de réconciliation aujourd’hui, mais il est rare qu’on s’arrête à considérer le mystère et le trésor qu’est réellement la réconciliation. Or dans le temps de Noël, on arrive presque à toucher du doigt ce qu’est la réconciliation et tout ce qu’elle comporte, car la naissance du Christ nous apporte une lumière nouvelle et la grâce du salut vient stimuler la capacité que nous avons d’être à la fois réconciliés et agents de réconciliation dans notre vie quotidienne. 

Pendant cette saison liturgique, certaines scènes de l’Évangile prennent un relief particulier : nous voyons et nous entendons le chœur des anges et nous suivons la troupe des bergers qui s’apprêtent à vivre une expérience qui changera leur vie. À l’inverse, l’auberge n’a rien à offrir à Marie et Joseph. Les bergers se hâtent vers la crèche pour voir ce qu’on leur a annoncé, ils suscitent l’étonnement des gens à qui ils racontent ce qu’ils voient, et ils rentrent chez eux en rendant grâce à Dieu pour ce qu’ils ont vu et entendu. Le jour de la fête de Marie Mère de Dieu, on nous rappelle que, d’une façon unique qui est promesse de vie, Marie retient tout ce qu’on dit de son Enfant et médite ces paroles dans son cœur.

L’étoile stimule et guide les sages venus de l’Orient; leur quête les comblera de joie et de foi. Hérode et ses courtisans ne voient pas l’étoile de l’espérance; ils s’enferment dans les ténèbres pour tramer la mort et la misère. Ces contrastes marquent toutes les célébrations de la semaine de Noël.

Ces mystères de la vie de Jésus, mystères de notre foi et mystères, en fait, de la vie de chaque croyante et chaque croyant, prennent un sens admirable quand on les relit sous l’angle de la réconciliation. La réconciliation, c’est ouvrir les bras à l’autre, ce sont les retrouvailles de ceux et celles qui ne se reconnaissaient plus. Cela commence par une nouvelle façon de voir et d’entendre, par l’expérience d’une profonde transformation, par une rupture avec les anciennes habitudes et une conversion au Seigneur et à de nouvelles façons de faire. Noël est un puissant appel à la réconciliation. Noël est l’occasion et la grâce de vivre la réconciliation: entre le ciel et la terre, entre proches et parents, entre amis et collègues; non seulement dans nos foyers et nos églises, mais dans toutes nos collectivités et dans le monde entier. L’histoire du salut raconte comment Dieu peut changer le cœur humain, comment le Seigneur est descendu du ciel pour se réconcilier le monde. Le prologue de l’Évangile de Jean souligne que la réconciliation est l’initiative de Dieu et qu’elle est source de vie:
 
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. (Jean 1, 4-5)

La réconciliation est à la fois intérieure et extérieure, personnelle et sociale : en même temps changement du cœur et main tendue à l’autre. Pour être une communauté de réconciliation, la communauté croyante doit cultiver la réflexion interne autant que l’action externe. C’est-à-dire que pour prendre les choses à cœur comme Marie, mère et modèle de l’Église, la communauté doit être un témoin authentique de réconciliation. Et pour cela, elle doit être en contact avec les gens, se soucier de ce qu’ils vivent. Saint Paul rappelle à l’Église et à ses membres que leur ministère en est un de réconciliation. Dans la deuxième lettre aux Corinthiens, il écrit: tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation. Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation (2 Co 5, 18-19). La réconciliation est essentielle à la dignité humaine et aux relations entre les personnes; elle consiste à tendre la main à tous ceux et celles qui se retrouvent dans des situations de division, d’exploitation, de marginalisation et de rejet. Pour les Canadiennes et les Canadiens aujourd’hui, le ministère et le message de la réconciliation portent d’une manière toute particulière sur la situation des communautés autochtones, sur les dangers qui menacent la Terre notre maison commune et sur les outrages perpétrés contre la vie humaine et contre la personne humaine.

Jésus nouveau-né est déposé dans une crèche pour signifier que, pendant toute sa mission et son ministère, le monde ne le reconnaîtra pas, son propre peuple ne l’accueillera pas, il n’aura pas de pierre où reposer la tête. Au milieu des divisions, de l’exploitation, de la marginalisation et du rejet, le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Voilà la leçon de Noël. La naissance de Jésus apporte au monde entier une grande joie. Toutes et tous, nous avons part à la joie enivrante de ce grand événement de réconciliation.

 

À vous et à vos proches, un saint Noël et une bonne et heureuse Année.

 

Le 9 décembre 2019

Diocèse Mont Laurier
(819) 623-5530
435 rue de la Madone
J9L 1S1 Mont-Laurier (Québec)

Diocese